Entre le faux suaire de Turin, l'absence de preuves archéologiques directes et les incohérences dans les dates, voici le point sur le personnage de Jésus dans la mythologique chrétienne. Je ne m’intéresserai qu'aux prétendues preuves archéologiques, vraies et fausses et non au caractère "magique" ou "miraculeux" qui est juste risible.

YMCA

YMCA

Les incohérences de la bible

La date de naissance de Jésus est indiqué 2 fois, dans les évangiles de Luc et de Matthieu. Le problème c'est qu'il y a une incompatibilité sur les fourchettes temporelles données.

Selon Matthieu 2:1

Jésus étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem,

Selon Luc 2:1-5

1 En ce temps-là parut un édit de César Auguste, ordonnant un recensement de toute la terre.
2 Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie.…
[...]
5 afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui
était enceinte.

Les romains étaient dotés d'une administrative efficace et écrivaient tout, on connaît ainsi les dates du règne du roi Hérode et quand le gouverneur de Syrie Quirinius était en fonction :

  • Hérode Ier est mort en 4 avant JC et Jésus était déjà né d'après Matthieu
  • Gouverneur Quirinius entre en fonction à partir de 6 après JC et Jésus n'était pas né selon Luc

La supercherie apparaît de manière évidente. Et impossible de trouver une excuse bidon du genre erreur de traduction ou de transcription : on peut se gourer sur un chiffre mais sûrement pas sur le nom d'un roi ou d'un gouverneur.

Les preuves archéologiques contemporaines de Jésus

Ce chapitre sera très court : il n'y en a pas

Les preuves archéologiques postérieures à Jésus

La première vient de Flavius Josèphe, je cite wikipedia :

Il n'existe aucun acte officiel des autorités romaines se rapportant à Jésus. Le premier chroniqueur qui évoque Jésus vers 94 est Flavius Josèphe, romain d'origine juive né en 39. Son témoignage mentionne, dans ses Antiquités judaïques, Jésus à deux reprises. Il est évoqué au sujet de la lapidation de Jacques de Jérusalem, décrit comme « le frère de Jésus appelé Christ »

Toutefois ce témoignage est contesté :

L'authenticité de ce passage fait encore l'objet de débat, la plupart des commentateurs envisagent aujourd'hui que ce passage, en son état actuel, a été retouché par des mains chrétiennes, ce qui n'exclut pas que Josèphe ait rédigé une notice sur Jésus, peut-être moins enthousiaste.

Au même moment, Juste de Tibériade, un historien juif rival de Flavius Josèphe ne fait aucune mention de Jésus.

Aucun historien dans la région n'a mentionné un phénomène astronomique remarquable pendant la naissance de Jésus.

Aucun historien dans la région n'a mentionné le tremblement de terre qui aurait eu lieu pendant la crucifixion.

Aucun historien dans la région n'a mentionné l’éclipse de Soleil qui aurait eu lieu pendant la crucifixion.

Il n'y a aucune mention d'une crucifixion remarquable dans les écrits de Philo, Tacitus, Pliny, Suetonius, Epictectus, Cluvius Rufus, Quintus, Curtis Rufus, Josephus, ou du consul romain Publius Petronius.

Les registres judiciaires de Pontius Pilate ne font aucune mention d'un procès de Jésus de Nazareth alors que les romains notaient tout.

Les fausses preuves de Jésus

Il y a une telle absence de preuve de l'existence de Jésus que les chrétiens se sont sentis obligés d'en créer après coup.

Les clous et les morceaux de croix

Il y aurait de quoi construire un bateau pour aller à la pêche.

Les suaires de Ovedio et Cadouin

Combien y avait-il de Jésus ? Là, on a déjà 2 suaires différents...

Le suaire de Turin

Et voilà un troisième suaire. Il est daté du XIIIe ou XIVe siècle. Allez voir la vidéo de la Tronche en Biais, elle résume tout clairement :

Conclusion

S'il ne fait aucun doute que la Palestine sous le joug romain connaissait un bouillonnement de sectes juives attendant avec impatience le messie, l'historicité de Jésus est plus que douteuse. L'intolérance de ces sectes face au (pseudo-)sécularisme romain (qui était en gros : "croyez ce que vous voulez tant que l'empereur est au dessus de vos lois divines") provoquait sans nul doute des persécutions.

Il est fort probable que ces nombreuses sectes persécutées inspirèrent ceux qui ont couché par écrit, un siècle plus tard, le mythe de Jésus en compilant la vie de plusieurs de ces gourous charismatiques qui foisonnaient à l'époque. Un peu à l'instar du roi Arthur légendaire inspiré de 2 ou 3 chefs pictes et/ou romains.

Un des principaux rédacteurs de cette légende de Jésus serait très probablement Paul. Certains historiens (minoritaires toutefois) pensent même que Paul est l'inventeur du christianisme.

Retour à l'accueil